2ème triptyque - vitrine n°3
 
Descriptif des instruments
notes techniques, historiques et anecdotes
[ page en construction ]


Cette première vitrine du deuxième triptyque est consacrée aux microscopes de poche, à ceux dits "de terrain", d'une façon plus générale, à ceux conçus pour être aisément transportés.
La miniaturisation est sans doute la première formule qui vient à l'esprit. Les microscopes présentés à l'étage supérieur en sont quelques exemples, dont certains étonnent par l'étendue de leurs possibilités.
Toutefois, il existe aussi des instruments
originaux ou dérivés de modèles classiques qui bien que dimensions normales à l'emploi, bénéficient d'un design particulier permettant de les caser avec un maximum de compacité dans un coffret protecteur, adapté aux conditions parfois difficiles du voyage, des expéditions... Ceux exposés à l'étage inférieur en donnent une idée.
[ Notre collection compte plusieurs autres microscopes remarquables de ces différentes sortes, qui enrichiraient l'aperçu si la place disponible le permettait. ]


Liste des microscopes exposés

à l'étage supérieur, de gauche à droite :
     3.1.1.--    
Busch Rathenow...
     3.1.2.--     ROW "Kleinmikroskop B"
     3.1.3.--     Merker
...
     3.1.4.--    
Reichert ...
     3.1.5.--    
Zeiss Winkel ST
     3.1.6.--     Spindler & Hoyer "Junior"

     3.1.7.--     ¦ 
Hensoldt "Tami"  '
     3.1.8.--     ¦ 
Hensoldt "Tami"  ²
     3.1.9.--     ¦ 
Hensoldt "Metami"
     3.1.10.--   Swift "FM-31" 
     3.1.11.--   TWX-1 

à l'étage inférieur, de gauche à droite :
     3.2.1.--     Wild "M11" 
     3.2.2.--     Meopta "AZ-2" 
     3.2.3.--     Carl Zeiss Jena "Lr" 
     3.2.4.--     Seibert ?! 
     3.2.5.--     Nachet... 


Quelques précisions et anecdotes

Hensoldt "Metami"

Modèle intermédiaire de la lignée "Tami" ~ "Metami" ~ "Protami",
produit en quelques variantes [ ici, celle sans condenseur ] entre
1923 et 1928(?).

    En faisant varier la longueur du tube télescopique [ comme avec
    les versions du "Tami" présentées juste à côté, dans la vitrine ]
    et grâce à un deuxième objectif qui se range sous le miroir,
    vissé dans la base, on obtient avec le Metami une gamme de
    grandissements linéaires allant de 25 à 600x.
    La mise au point est assurée par un système hélicoïdal.



D'allure générale semblable, guère plus volumineux, les "Protami"
– de diverses générations – sont équipés d'une tourelle à 3 objectifs
dont un à immersion homogène...



Swift "FM-31"  [ n°802443 ]
Microscope de terrain toujours apprécié des naturalistes. Sa production, qui a commencé au bébut des années 1980, a été arrêtée en 2006 mais il est à présent cloné en Chine.
Sur le modèle exposé, fabriqué par Swift, la mise au point s'effectue à l'aide d'une grosse molette centrée dont l'axe est vertical. Une variante plus conventionnelle présente deux boutons latéraux sur un axe horizontal.
Remarquez la formule du microscope inversé. Tourelle à 3 objectifs : équipement de base = 4x 0.10, 10x 0.25, 40x 0.65 ; un 20x est disponible. Les 20x et 40x existent en version spéciale destinée à l'observation en contraste de phase [ moyennant l'ajout de l'anneau approprié dans le condenseur rudimentaire ].

TWX-1  [ n°790443, 1979 ]
Microscope fabriqué
pour l'armée chinoise à Taiyuan [ capitale de la province du Shanxi ].
Tourelle à 3 objectifs [ 10x 0.25, 45x 0.63, 90x 1.25 à immersion homogène ] ; condenseur avec diaphragme d'ouverture à iris et filtre bleu dépoli escamotable ; oculaires 10x & 15 x [ un en place, l'autre rangé dans le corps de l'instrument ] ; mises au point rapide et fine ; platine XY ; miroir orientable et basculant pour passer de la lumière extérieure à l'éclairage interne sur pile... !

Wild "M11"
  [ n°30533 ]
Microscope fabriqué en Suisse dès 1954. [ La firme d'optique, réputée, existait depuis 1921 et avait produit son premier microscope en '39. ]
Base ronde et profil caractéristique, tout en hauteur, permettent à ce modèle de prendre place dans une protection métallique en forme d'obus, comme les théodolites de la même époque.
Il existe en version binoculaire. Commandes de mise au point rapide et fine séparées. Le microscope exposé est muni d'une platine XY à glissement doux que l'on actionne aisément en agissant sur les boules noires visibles aux angles postérieurs. Des sources lumineuses [ simple ( tension du réseau ) ou plus élaborée ( basse tension ) ] peuvent remplacer le miroir – malheureusement absent sur notre exemplaire – qui, lui, trouve toute son utilité lors de l'utilisation en brousse, pour laquelle ce microscope a été particulièrement apprécié. Différents condenseurs sont disponibles pour fond clair, fond noir, contraste de phase. Large gamme d'objectifs achromatiques ou à la fluorine, également en version "Plan" [ Plan-Fluotar ]... Ces composants sont communs aux microscopes Wild de laboratoire et de recherche, le M20 par exemple.
[ À droite dans la vitrine
2.4, un modèle inversé M40, équipé pour l'observation en contraste de phase. ]




Brochure Wild, 1971  [ p. 14 / 16 ]   
Les objectifs et oculaires   
n'apparaissent pas sur ce diagramme  
ni le système pour contraste de phase.  
 
< Brochure Wild, 1955  [ 24 p. ]

Meopta "AZ-2"  [ n°819011, 1970... ]
Par analogie au Wild M11 précité, du moins en ce qui concerne la protection, ce microscope est sans doute à sa place dans cette vitrine... Mais ne devrait-il pas plutôt figurer parmi les beaux jouets ?
Comme on le devine à la hauteur de son conteneur, le tube droit de diamètre standard se démonte pour le rangement ; un emplacement lui est réservé dans lequel il est bien maintenu. L
es objectifs [ 3.3x 0.08, 6.7x 0.15, 20x 0.45 ] ne sont pas à la norme RMS, c'est évident. Malgré quoi la qualité optique est très satisfaisante pour les prétentions de cet instrument, plus modestes que celles de ses voisins.
Ce microscope a aussi été produit, sous la marque CBS Beck / Kassel.

L'histoire de Meopta remonte à 1933, à Prerov, dans l'actuelle République tchèque, avec la firme Optikotechna, qui au cours des années '30 s'est spécialiése dans la production d'appareils de prise de vues et agrandisseurs photographiques, y compris les objectifs. Obligée, pendant la Seconde Guerre mondiale, de fournir aux armées allemande des instruments d'optique à usage militaire, l'entreprise est nationalisée en 1946 et rebaptisée Meopta [ pour mécanique et optique ]. En 1958, elle est primée à l'Exposition internationale de Bruxelles pour des appareils photo et projecteurs de cinéma. La firme existe toujours. Elle produit de l'optique industrielle, militaire et destinée à la chasse, tandis que sa filiale Meomed fournit des équipements médicaux.
Bizarrement, le mot microscope est absent de son site internet. De fait, Meopta n'en fabrique plus... mais que la remarquable production passée, pendant des décennies, de microscopes de loisir et de laboratoire ne soit pas évoquée, même dans l'historique, voilà qui m'étonne... Les qualités de ces instruments, mécaniques notamment, étaient appréciables.

Carl Zeiss Jena
"L" version "r"  [ n°338443, 1933... ]
"r" pour Reise = voyage, en allemand...
Le pied en fer à cheval du statif "L" classique est ici remplacé par une base approximativement rectangulaire, plus étroite, ce qui permet le rangement dans un coffret compact. Le tube monoculaire est alors démonté, de même que la surplatine XY. Pour ces éléments comme pour les objectifs et oculaires de rechange ainsi que pour quelques accessoires, des emplacements sont prévus dans le luxueux mais robuste coffret en bois aux huit coins renforcés.

Ce microscope a eu pour descendant un modèle quasi identique, fabriqué par Lomo en URSS. L'extérieur du coffret est, là, entièrement métallique, tandis que les normes du système optique ont été conservées [ RMS ; longueur de tube = 160 mm ; compensation à 33,6 mm ( ou presque ) ].

Seibert ?

Avec un point d'interrogation, oui !  Car s'agit-il d'un Seibert ?  Le statif ne porte ni marque ni numéro de série apparent qui permettraient de l'identifier ; les objectifs non plus. En revanche, tout cela "ressemble" – au moindre détail près ! –  à une production de la prestigieuse marque allemande. Un prototype, alors ?  Ou un exemplaire "sous-traité", destiné à être vendu sous une autre marque mais non encore estampillé ?  Je n'ai pas élucidé le mystère. Difficile, en tout cas, de croire à une contrefaçon...

Nachet
                   Microscope      simple...      ou composé :


[ Davantage d'informations plus tard. ]