le 25/01/2017,            
en préouverture,            
dans le cadre des            
activités tandem*            
proposées par            











Le monde animal
sous le microscope
ou la loupe binoculaire


l'a.s.b.l. Mi, accueillie par le musée de zoologie de l'ULB, s'associe au programme d'aujourd'hui en proposant une animation dans le local qui abrite l'exposition consacrée à la microscopie.

    * Ces activités associent un enfant de 8 à 12 ans et un parent
       ou grand parent. 



    
1ère partie :

Pourquoi deux oculaires à ces microscopes ?  Un pour chaque oeil, bien sûr !  Oui.  Mais...
Quel(s) avantage(s) tirons-nous d'avoir deux yeux ?
Qu'est-ce que voir « en 3D » ?
"Le" microscope stéréoscopique [ ci-dessus à gauche ] est en fait constitué de deux microscopes jumelés et cela donne des images en relief.
Comment observer avec ce genre d'instrument ?  Pas facile de regarder dans les deux oculaires et ne voir qu'un champ bien rond...
mais une fois qu'on a trouvé le truc, quel spectacle !


   

Allons à la rencontre de divers insectes et autres arthropodes. Les couleurs [ dues aux irisations ] sont magnifiques.
Amusants aussi, ces petits os. Les plus grands d'entre eux grands font tout au plus 2 cm de long... et on ne les voit même pas en entier.
Que de détails apparaissent, par contre !
De quel vertébré peuvent-ils provenir ?  On en a vu quelques uns, cet après-midi, au musée de zoologie :  éléphant, hippopotame... ?  :o)
Et si je regardais mes empreintes digitales...
Tiens... le mécanisme d'une vieille montre. Il paraît qu'on peut voir des pierres précieuses, là-dedans !


       

   






On peut grossir plus fort en passant de "20x" à "40x".
Elle a une façon bizarre de me regarder, cette araignée...

[ À l'écran, tout est malheureusement plat. ]


  Petite pause. Le temps de grignoter un biscuit, de boire un jus de fruit, un café...

2ème partie :

Utilisons maintenant une autre sorte de microscope. Ici, pas de paire d'objectifs. C'est exactement la même image [ formée par un seul objectif ] qu'on observe dans les deux oculaires.
Pas de 3D dans ce cas !  [ On peut ne regarder que d'un œil. ]
Mais pourquoi tous les microscopes  ne sont-ils pas stéréoscopiques ?  Ce serait mieux.
Pour atteindre un fort grossissement, il faut tellement s'approcher de l'objet qu'on observe qu'il n'est plus possible de le placer devant deux objectifs en même temps.
Un objectif qui agrandit 40x associé à un oculaire 10x, cela donne un grandissement de 400x. Une comparaison aide à comprendre que l'air de rien, c'est déjà beaucoup !

Cette fois, il faut préparer ce que l'on veut observer.
Prélevons des cellules épithéliales en nous grattant l'intérieur de la joue avec une petite spatule.
Déposons cela sur une lame de verre pour pouvoir l'éclairer par transparence et couvrons d'une fine lamelle, de verre elle aussi.
Il faut alors déplacer la préparation sur la platine du microscope pour chercher la zone intéressante en utilisant l'objectif 4x.
Et en passant au 10x,... c'est la déception.
Où sont donc les cellules ?
Recommençons une préparation. Mais cette fois, avant de recouvrir d'une lamelle, ajoutons au prélèvement une goutte de colorant bleu.
Les cellules sont mises en évidence et leur noyau est bien visible.
Allons voir l'un chez l'autre car toutes les préparations sont différentes.


 
À propos de l'exposition permanente :  http://dailyscience.be/2016/11/24/ulb-une-nouvelle-collection-microscopique/